Repérer les boulets

Un article amusant à retrouver aujourd’hui. Je l’avais écrit le19 janvier 2010, la veille du commentaire La Révolte qui me hérisse le poil aujourd’hui. Le site que je venais de créer était en chantier (il l’est resté jusqu’à aujourd’hui d’ailleurs), et j’ai écrit quelques petits articles inutiles pour avoir de la matière première à brasser.

On voit déjà que j’étais soucieux des problèmes qu’on peut rencontrer dans une vie d’artiste en groupe. Par contre je n’avais pas encore compris la violence de l’attaque que je venais d’encaisser. Je pense même que je n’avais pas encore encaissé le pire. Quelques heures après, un évènement familial allait me faire prendre conscience qu’il fallait que j’arrête d’être patient avec la boulette, qui trainassait dans son jeu de procrastination (l’histoire du violoncelle, à détailler ailleurs) et faisait mumuse à me manipuler, pendant que je passais à  côté de ma vie à force de l’attendre. En tout cas il est évident pour moi en me relisant, que je n’étais pas en colère. Je n’avais pas encore compris qu’un de ses objectifs était de se faire haïr (surtout pour justifier sa propre haine d’elle-même). Et surtout je n’avais pas encore succombé à cette haine qui allait s’installer ensuite. J’étais content de son départ. Pas mécontent de l’avoir croisée quelques secondes, le temps d’échanger des vœux de nouvel an. Juste un peu agacé qu’elle ait repoussé la date buttoir que j’avais posée comme préalable à ce qu’on se revoie, pour éviter les dérapages. J’aurais encore pu facilement me relever à cette époque. J’aurai pu pousser plus loin la variété de sujets que je soulève ici. Les différentes personnalités qu’on peur rencontrer dans une vie de groupe de musique. Je le ferai sans doute après.

Il est intéressant de noter que je n’avais pas encore créé mon concept de boulette, et je ne lui avais pas prêté d’intentions manipulatrices. Pourtant en cherchant bien, il serait possible de trouver un peu de la boulette dans chaque personnage présenté ici. Mais ces personnages sont surtout inspirés d’autres collègues rencontrés plus tôt. En tout cas le titre est une des sources du mot. Si vous êtes sympa je vous raconterai tout ça un jour.

Quand vous montez un groupe, ou si vous changez de musiciens, votre principal ennemi vient de l’intérieur.
Ce sont les boulets.
Il en existe de plusieurs sortes.
Je vais essayer de faire un premier tour.
– le retardataire :
Un grand classique. Assez fréquent en musique. Bizarrement même les bons rythmiciens peuvent faire partie de cette catégorie. En général ces retards s’accompagnent d’excuses bidon qui ajoutent une note de mensonge à la gêne occasionnée, ce qui n’arrange rien.
– le gros bosseur qui n’y arrive pas :
On l’aime bien et on voit bien qu’il fait des efforts. On ne se rend pas forcément compte tout de suite qu’il piétine parce que ses progrès sont réguliers… mais modérés.
– le radin :
Assez gênant quand on veut développer un projet. Il faut un peu d’investissement en promo, et toutes les idées se heurtent à un mur. Pas moyen de lui expliquer qu’en payant 1000 timbres on aura 20 concerts et que finalement on s’y retrouve.
– le manipulateur :
Il tisse sa toile discrètement, parfois pendant des années. Quelques remarques discrètes sur l’un au creux de l’oreille de l’autre. Un jour il ses sent prêt et tente l’action d’éclat : faire exploser le groupe ou virer un musicien qui lui résiste. C’est quelquefois aussi un gros bosseur qui n’y arrive pas.
– l’Attila :
Après lui l’herbe ne repousse pas. Il ne veut plus faire partie du groupe mais il ne lâchera pas sa place sans avoir démontré que les autres doivent arrêter aussi. Il suppose sans doute qu’il est irremplaçable.
– le perfectionniste :
Pas question de faire un concert tant qu’il y aura une note imparfaite cachée au milieu d’un morceau.
On ne tournera pas, mais nos petits-enfants ont une chance de jouer à notre place les trois chansons qu’on est en train de répéter depuis dix ans.
– le doux rêveur :
Pas de compromis avec le public. C’est à lui de faire l’effort de nous comprendre. Il n’a pas l’intention d’entrer dans les circuits commerciaux de toute façon. Heureusement parce que les chances sont minces de toute façon.

Il y a de nombreuses variantes. Malgré tous leurs défauts les boulets ne torpillent pas tous les groupes et peuvent participer à une certaine émulation. Ce qui fait qu’on en trouve autant dans les groupes qui tournent que ceux qui ne tournent pas.